Sunday, November 16, 2014

Histoires de blogs

On pense parfois que les blogs les plus intéressants sont ceux avec de supers cadeaux à gagner dans les concours, sont ceux qui ont des centaines de visites par jour, ceux avecdes articles composés de jolies phrases, ceux avec des photos à couper le souffle, ceux avec des habillages magnifiques... Ce n'est pas mon avis.

Bien sûr que c'est quand même important que la syntaxe soit correcte, que les images soient agréables, mais je pense que les blogs les plus intéressant sont ceux qui ont une histoire. Certaines personnes se mettent à changer de blog, tout les ans, parce que le nom du leur ne correspond plus à ce qu'il veulent poster... Bon évidemment que si une jeune femme de vingt ans est encore sur le blog de seize ans avec un nom improbable du genre "ChewiLoOve" c'est mieux de changer x) Mais sauf cas extrêmes... fin moi mon blog surSkyrock s'appelle s'appelait RêvesNoires, au début c'était des coups de gueules sur les chiffres et les trucs du genre (je l'avais depuis même pas deux jours que j'avais déjà des ennemis x'D) puis j'en ai fais un blog contre la maltraitance animale, puis un blog photo, avant de le mettre en pause y'a quelques jours. Et tout cela en deux ans et quelques moisLes blogs avec une histoire c'est... fascinant ! Je trouve ça fascinant de se dire qu'un blog suit sa créatrice depuis deuxquatresixdix ans... On est dans un monde où "rien ne restera de nous" dans le sens où... comment dire... on garde des textes d'avant, les récits de guerre de je ne sais quelle civilisation, les bâtiments, les magnifiques tombes égyptiennes qu'on ne sait toujours pas refaire à l'heure actuelle, plus de cent ans après leur invention ! On a des choses d'avant... Même des deux Guerres Mondiales, on a des photos, de vraies photos sur du vrai papier à photo... plus aujourd'hui... tout s'efface. Alors je me dis que garder un blog, ne pas le changer comme on change de chaussette,ne pas s'en foutre comme une gamine se fout royalement de sa première robe rose à pois blancs...
Pourquoi réécrire les vieux articles ? Pourquoi les supprimer sous prétexte de faire du vide ?Premièrement plus t'as d'articles et mieux t'es référencédeuxièmement c'est sympa un blog rempli, un blog avec de l'histoire, un blog où on peut voir l'évolution de l'auteur par ce qu'il dit mais aussi par sa façon d'écrire. Moi j'aime bien arriver sur un blog, regarder sa date de création, et me dire que finalement c'est un peu comme un... Temple ? qui aurait laissé passer le temps sans siller. Je pense que tout ce passe plus vite sur la toile, qu'un mois devient une année (j'exagère un peu mais c'est l'impression que j'ai) et que donc un blog de quatre ans serait en fait vieux de prêt d'un demi siècle... 
Je sais qu'il y a des gens qui n'ont pas le choix, qui sont découverts par leur famille/amis ou qui deviennent trop "populaires" et ça les étouffent, ou alors y'a des "rageux" qui viennent et reviennent inlassablement telle une meute de loups affamés... 
Mais plus que le temps c'est les raisons de la création du blog qui m'intéressent... Il y a des histoires toutes simples... faire un blog juste pour avoir des avis sur des photos, par exemple, et des histoires plus... touchantes. Comme celle d'une de mes partenaires qui a crée son blog (LeProblème) suite à la mort de quelqu'un dans son entourage (mort d'un cancer viral à cause de la pollution) et à la lecture d'un roman. Il y a des raisons multiples et variées... et parfois les gens ne se souviennent même plus pourquoi ils l'ont fait, tout ce qu'ils savent c'est qu'un jour ils ont allumé leur ordinateur et se sont lancé dans une aventure sans savoir que ça durerait plusieurs années...

Aniata et le dragon (nouvelle)



Il repoussa les soldats avec une facilité déconcertante mais néanmoins prévisible aux vues de sa taille et de son envergure. Écartant ses ailes qu'il tenait jusque là pliées contre lui il détruisit six maisons, trois de chaque côté, et mit le feu à une septième, la gerbe prenant sa source dans un trou du palais alla noyer le toit de la maison qui s'effondra dans un bruit de craquement de poutre. Levant sa tête massive vers le ciel il poussa un rugissement de tonner qui ébranla la ville.
Un groupe d'une cinquantaine de soldats prit le dragon de front, une erreur stupide ; secouant sa patte avant gauche il balaya les hommes et les propulsa dans les ruines des maisons qu'il avait détruites pour étendre ses ailes. Des femmes criaient, des hommes ruèrent avec des cris de guerre vers l'immense masse écailleuse qui, sembla-t-il, leva les yeux au ciel dans une mimique excédée avant de lâcher une boule de feu de la taille d'une petite maison qui atteignit les soldats en crépitant, les tuant sur le coup sans même qu'ils eussent le temps de crier. Semblant satisfait le dragon noir expira deux lances de flamme avant de s'envoler vers le Palais, un des seuls bâtiments capable de résister à son poids.

Aniata fut sortit de sa sieste par une secousse qui ébranla la salle du trône et certainement tout le Palais de marbre blanc. Elle se leva, sur le qui-vive, saisissant son épée à la lame d’albâtre, se réjouissant d'avoir enfilé, le matin, sa tenu de combat en cuir blanc et non sa longue robe royale. Elle fit signe à un des garde qui encadrait la porte. Celui-ci blêmit mais avança tout de même au pas de course voir ce que lui voulait sa reine.
Aniata descendit les quelques marches qui la menèrent au sol, face au soldat, à quelques pas seulement de lui. Le fixant de ses iris turquoise elle plissa les yeux et le soldat passa du blanc au vert, se visage se tordant d'appréhension et de peur devant cette reine, plus petite que lui, bien que grande, et menaçante.
_ Que ce passe-t-il ? demanda-t-elle, ne prenant même pas la peine de cacher la rage froide qui s'était emparée d'elle.
Si la fissure qui apparut sur la voûte dans un craquement sinistre l'inquiéta elle n'en montra rien, son regard toujours fixé sur le soldat tremblant. Au bout de quelques secondes de silence elle reposa sa question et, sous le coup invisible, le soldat recula de quelques pas avant de répondre.
_ Un... un dragon Votre Majesté.
La jeune reine fût alors envahit de haine, autant pour le soldat que pour le dragon, sinon plus.
_ Quelle taille fait-il ?
_ Oh... bien sept cent pieds de long Votre Majesté.
_ Depuis quand est-il là ?
_ Une heure, Votre Majes...
_ Une heure ? Une heure ?! Pourquoi n'ai-je pas été prévenu plus tôt !? Il faut que le Palais soit détruit pour qu'on me fasse part de l'attaque d'un dragon ! Le peuple va croire que je me terre dans mon antre !
_ J-j-je... on pensait qu'il ne fallait pas vous réveiller.
Sans un mot, laissant juste sa rage l'envahir, la jeune femme planta son épée dans le ventre de l'homme, lui ouvrant une plaie de plus d'une longueur de main. Ses viscères et son sang glissèrent sur le sol blanc immaculé, le souillant de sa couleur rouge.
La jeune femme inspira une longue bouffée d'air, se délectant de l'odeur du sang plus pour impressionner ses soldats que parce qu'elle l'aimait vraiment, puis elle sortit, épée au poing, sans même prendre le temps d'essuyer la lame sanguinolente, laissant de grosses goûtes rouges s'écraser sur le sol.
Elle sortit du Palais à la hâte, sa chevelure blonde brillant comme de l'or sous le chaud soleil de l'après-midi, tombant dans son dos avec grâce. Elle dévala les marches de la porte principale et courut dans la grande rue, prenant assez de distance pour pouvoir apercevoir le dragon, ne doutant pas que le soldat, prit par la peur, ait exagéré sur sa taille.
Mettant sa main libre _ la gauche _ en visière elle scruta le toit de son Palais et ce qu'elle vit lui coupa le souffle. Le soldat était loin d'avoir exagéré, le dragon faisait plus de sept cent pieds de long et elle estima que chacune de ses ailes avait la même taille. Sur son corps noir la crête de son dos se découpait parfaitement, coulée rouge courant de la base de son cou _ cachée par les pics de sa tête _ jusqu'au bout de sa queue. Le même rouge entourait ses yeux jaunes aux iris verts, sa pupille d'un noir profond prenait l'apparence d'une onyx jetée au milieu d'un carré d'herbes vivaces. Il leva la queue et Aniata remarqua qu'une bande marron claire courrait de sous sa queue, passait par son ventre, et s'arrêtait sous son cou. C'était des écailles plus fines mais qu'elle jugea tout aussi résistante de le reste de son cuir. 
Le dragon qui jusque là ne semblait pas l'avoir remarqué, occupé à brûler des maisons et à arracher les tuiles de bronze du toit, riva son oeil sur elle et la jeune femme frissonna avant de reculer. Le dragon étira son cou vers elle puis jaugea son épée et rugit avant de faire jouer son impressionnante musculature pour se soulever du toit et se poser devant la jeune femme, sa queue frappant la façade du Palais sans que le choc ne semblât lui faire le moindre mal.
Hésitante, Aniata leva la pointe de son épée vers le dragon et se rendit compte que les soldats s'étaient regroupés derrière elle avec quelques citadins plus courageux que les autres. Elle jura et maudit leur bêtise avant de reporter sa concentration sur le dragon. 
Alors qu'elle se préparait, fléchissant ses jambes, elle sentit quelque chose de chaud toucher son esprit comme les vagues de la mer du Sud caressaient le sable blanc. Elle se concentra dessus et entendit alors quelqu'un lui parler d'une voix grave, profonde. Elle pensa alors que le dragon essayait de communiquer avec elle mais il ne bougeait pas les babines... "mais il ne m'attaque pas non plus", pensa-t-elle. 
"Tu penses que tu vas pouvoir m'abattre ?"
_ Je ne veux pas te tuer. J'aime les dragons, mais pas quand ils s'attaquent à mon peuple !
Un rire rauque s'éleva dans l'esprit de la jeune femme.
"Tu aimes les dragons mais tu brandis une épée contre moi."
Après une hésitation la jeune femme baissa son arme.
_ Que veux-tu Dragon ?
"T'abattre." dit-il simplement.
Aniata releva son arme et le dragon rit encore.
_ Pourquoi ? aucune peur ne filtrait dans sa voix. Juste la curiosité.
"Ton père." et il se tût, comme si le reste était évident. Et il l'était pour Aniata.
_ Tu l'as déjà tué, pourquoi continuer avec moi ?
"Il avait abattu mon père, et ma mère. Je n'ai tuer qu'une personne, un homme. Je dois tuer une femme pour avoir ma vengeance."
_ Je ne suis pas comme lui, Dragon. Je n'ai pas à payer pour lui.
"Tu refuses le combat."
Ce n'était pas une question mais la jeune reine répondit tout de même.
_ Oui. Mais si tu m'attaques je me défendrais. Je ne te tuerai pas.
"Je t'abattrai quoi que tu fasses, humaine."
_ Pourquoi vouloir discuter avec moi ? Tu aurais pût me tuer en sautant du toit de mon Palais.
"J'aurai pu."
Il bondit en avant, Aniata sur le côté, esquivant le coup. Elle s'aplatit au sol comme le faisait les rach'ts pendant la chasse. Et elle attendit. Quand une patte énorme fonça vers elle, elle sauta par dessus pour l'éviter, attrapa une dague à sa ceinture et l'envoya sur l'avant bras de la bête sans réussir à percer son cuir épais.
"Ton épée est longue, humaine, tu aurais pût m'handicaper."
La jeune femme s'approcha de la patte avec lenteur et en retira son couteau qu'elle rangea dans sa ceinture avant de reculer et de se mettre en garde, prête à une attaque.
_ J'aurai pu, dit-elle simplement, et elle sentit l'amusement du dragon.
Il chargea. Le combat dura le reste de l'après-midi. Aniata évitait sans répliquer, déviant parfois un coup de patte en frappant une griffe du plat de son épée. Le combat était devenu un jeu, Aniata répondait maintenant en pensée.

Elle se releva, ce coup là elle n'avait pas pût l'éviter. Le dragon lui avait avoué ne plus vouloir la tuer, il l'aimait bien, mais elle devait payer de son sang. Elle avait proposé de le laisser gagner, mais il avait refusé.
Le combat dura encore deux jours, Aniata était épuisée, elle était lente, trop lente. Un coup de patte l'atteignit à la jambe gauche alors qu'elle sautait vers le haut. Le cuir blanc de son pantalon se déchira et du sang coula d'une large plaie.
Le dragon ouvrit les ailes alors que la jeune femme s'étalait sur le sol de tout son long, ne pouvant se relever, rompit le contact mental et s'en alla, non sans mettre le feu au Palais par une fente du toit.
____________

Etre en seconde, ou : mon futur déterminé par une case


Je suis en seconde. J'ai coché des cases sur une feuilles bleue, comme une feuille de route, feuille qui déterminera mon futur dans le monde du travail. J'ai coché deux cases.Premier voeux : Première Scientifique SVT, mon deuxième : Première Littéraire. Le hic c'est que je suis nulle en math (6/20) et pas super bonne en français et histoire (autour de 10-11/20). La prof m'a dit qu'il fallait que je coche une autre case, une troisième, un ultime choix... la SI (Sciences de l'Ingénieur) ou le redoublementGloups. J'ai pas envie de redoubler parce que je veux pas être la redoublante de la classe, celle qu'on prend pour une conne parce qu'elle a pas été foutue de passer en première alors qu'en troisième elle avait 16 de moyenne. J'ai pas envie qu'au collège les profs se servent de moi pour montrer aux gosses que même une bonne moyenne peu couler. J'ai pas envie de décevoir mes profs de l'année dernière et j'ai pas envie de donner raison à ma prof d'anglais (déjà que je le fais en quittant la section européenne alors si je redouble...), déjà que je suis mature (c'est c'qu'on dit en tout cas) si je redouble se sera encore pire... j'ai pas envie d'être plus vieille que mes (éventuel(el)s futur(e)s) ami(e)s. J'aurai envie de faire quelque chose de moins théorique, de plus pratique... Mais ça existe pas je crois pour animateur radio, en tout cas pas dans le publique... 
Cette année aura été une année plus que nulle. On est à trois semaines des vacances etj'ai toujours pas de vrais amis, je suis nulle dans toutes les matières, je me sens nulle...limite il me faudrait un psy pour me faire dire ce qu'y va pas, mais j'ai pas envie de demander à ma mère de prendre RDV... et j'ai pas envie de faire chier un psy avec mes conneries bêtises, je sais bien que c'est son job mais y'a quand même des limites...J'aime bien la psychologie, je pourrai faire psy... mais faut faire L d'après ce que j'ai compris... En fait quand j'ai regardé les suites d'un bac L j'étais contente... avocat, psycologie, photographie, journalisme... c'est des trucs que j'aime bienj'me disait que les gens qui faisaient L avaient les mêmes centres d'intérêts que moi et que je me trouverai des amies... les gens de L que je connais grâce à mon blog sont des gens sympa que je trouve plus intéressant que la majorité des gens de ma classe. Mais je peux pas faire L, d'un autre côté je peux pas faire S non plus... il me reste que le bac pro, l'alternance... 
Résultat ? Cet article de réflexion écrites m'a pas trop avancé mais il me reste tout l'après-midi donc...

Les concours à "chances".



Les concours. Je suis pas contre, c'est sympa. Nan mais c'est vrai. C'est juste que je trouve ça chiant de devoir toujours "liker" une page Facebook, devenir "followers" surTwitter, abonnée sur Hellocoton, laisser je sais pas combien de commentaires, faire un article pour parler du concours, laisser un lien du concours sur sa page Hellocoton, sur sapage Facebook... et tout ça pour avoir des "chances en plus"Et parfois c'est carrément pour avoir le droit de PARTICIPER qu'y faut faire tout ça. Je trouve ça exagéré... En plus souvent les blogueuses osent appeler ça des concours ! Nan mais sérieux c'est pas des concours c'est des tirages au sort ! Un concours c'est quand on demande quelque chose aux participants tu vois ? Genre un texte, une photo, un dessin, et je ne sais quoi d'autres. Je comprend pas comment on peut oser appeler ça un "concours". C'est vrai que produire quelque chose ça saoul les gens, enfin certain, parce que je suis passée sur plusieurs articles de vrais concours (de textes notamment) et y'avais un bon nombre de participants !Et puis même si l'organisatrice demande un lien on le met sans que ça nous gêne (en tout cas c'était vrai pour moi) parce que y'a pas 36 000 autres conditions avec. Alors OK,la blogueuse elle paye le cadeau de sa poche alors elle essaye de rentabiliser mais : de une elle est pas obligée d'acheter un parfum à 100€ et de deux on peut pas appeler ça de la "rentabilisation" quand on récupère des visites sur son blog pour "rembourser" de l'argent. Ca me fait penser aux gens qui paye avec du vrai argent des armes dans un jeu vidéo, cherchez l'erreur. Et puis... j'ai l'impression que plus ça va plus les organisatrices se permettent n'importe quoi ! Et puis entre nous "chances en plus" ça me fait bien rire. 
Exemple (concret) : admettons que ABC, et D veulent participer. Ils ont donc chacunune chance sur quatre de gagner. Logique. Petit A lui, a mis un lien sur Hellocoton et a "liker" la page Facebook, il a donc deux chances en plusB a fait pareil, mais en plus il a mis un lien sur Twitter, il a trois chances en plusC a "liker" la page, fait tourner sur sa propre page, en article, sur Twitter, et sur Hellocoton, ça lui fait cinq chances en plus. Et D, lui, a juste fait tourner sur Hellocoton, soit une chance en plus. Jusque là tout va bien. Donc on a plus quatre participants mais quatre augmentés des chances en plus soit quatre plus onze est égal à quinze. Jusque là tout va bien. Ce qui nous fait : A = 3/15, B=4/15, C=6/15, et D=2/15. Je vais rapporter tout ça sur trois, et rapporter aussi le 1/4 du début sur trois pour qu'on puisse comparer. OK ?
A=0.6/3
B=0.8/3
C=1.2/3
D=0.4/3
(Quinze par cinq ça fait trois j'ai donc tout divisé par cinq)
Bon. 1/4 = 3/12 = 0.75/3
(Douze par quatre ça fait trois donc j'ai tout divisé par quatre)
Donc au final si tu prend pas au moins 3 chances en plus (comme Btu n'as pas de chances en plusA en a pris 2 et il est en dessous de la "mise de départ", et D n'en parlons même pas. Donc là bah en plus de vous dire que c'était pas bien je vous ai fait une démonstration mathématique a petite échelle, donc vous êtes obligé de me croire parce que au pire si vous croyez que j'ai triché vous pouvez recompter et que donc j'ai raison x'D. Plus sérieusement on voit bien que faut se méfier... et que cette histoire de "chances en plus" c'est pas terrible au final.

Merci !

Ce mois-ci j'ai eu plus de 3500 visites, j'ai eu quatre Une (dont une dans le top trois), j'ai écris un article par jour, certains ont déclenchés des réactions, d'autres non, j'ai eu de nouvelles abonnées et je n'en ai pas perdues (enfin je crois pas) donc je ne déplaît pas aux personnes qui se sont abonnées "depuis longtemps". Donc c'est un bon mois, mon blogmarche de plus en plus, je remercie tout le monde ! Celles et ceux qui sont venus une fois sans jamais revenir, celles et ceux qui sont des fidèles, celles et ceux qui viennent de temps en temps, celles et ceux qui m'aiment bien, et même ceux qui m'aiment pas... celles et ceux qui n'hésitent pas à donner leur avis même si ce n'est pas le même que le mien, celles et ceux qui découvriront mon blog dans un futur plus ou moins proches... et celles et ceux qui, inconsciemment, me donne des idées pour mes articles en écrivant les leurs.


Le debat de la semaine : faut-il interdire la cigarette ?




30% des jeunes de 17 ans et moins, fument. L'age moyen de la decouverte de la cigarette est de 11 ans et huit mois. 30% des cancers, en France, sont du a la cigarette. Le marche du tabac c'est 65 millions de tonnes vendues par ans. Dans 80% des films francais il y a environ 2min de scene d'une personne qui fument, et parfois avec des jeunes. Un francais sur 3 fume. Les buralistes enfreignent la lois et vendent a des jeunes de moins de 18 ans. Ce sont les chiffres officiels que je viens juste d'entendre a la radio. Ma question est donc la suivante : faut-il interdire la cigarette ?
Ma reponse sera non. Pas parce que je fume, d'ailleurs je ne fume pas, mais parce que ca va finir comme le cannabis et compagnie a se vendre sous le manteau, et puis les fumeurs vont faire des stocks, acheter plusieurs dizaines de paquets histoire de pas etre en manque, ceux qui vivent pret des frontieres iront acheter en Belgique, Espagne, Suisse, etc... Alors quoi ? On augmente le prix ? Le paquet est aujourd'hui a 6-7€, en Australie il est a 16. Il y a aussi une autre solution : abandonner les paquets pleins de jolies couleurs et les faire tous pareil, blanc immacule. Certains pays font ca.

"C'est mon anniversaire !" _ Chut ! Tu m'enerves !

Y'a des gens qui affichent sur leur blog que c'est leur anniversaire et donc du coup, pour etre poli, si tu laisses un commentaire sur le sujet global de l'article, a la fin de ce commentaire, t'es juste obligee de souhaiter l'anniversaire, pour faire poli, pour faire bonne mesure. Je trouve que c'est un hold-up de mauvais gout, et meme de tres mauvais gout. On n'a pas a capturer les gens comme ca, je suis desolee, mais je le pense vraiment ! La fille je la connais pas plus que ca, c'est une des seules fois ou je vais sur son blog, ou que je lui parle par tchat, et je me retrouve obligee de lui souhaiter son anniversaire alors qu'a la limite j'm'en tape pas mal ! Je veux dire... les vrais amis lui souhaiteront sans qu'elle ait besoins de le rappeler et puis je trouve que le rappeler c'est le dire dans un espoir de faire une collection du plus grand nombre de gens qui lui ont souhaite son anniversaire... Je trouve ca nul voila c'est tout. Apres rien n'empeche de faire un article le lendemain pour montrer ses cadeaux (ce qui arrive parfois sur les blogs beaute/mode quand les blogueuses recoivent des cadeaux en rapport avec leur blog) et ca fais beaucoup moins "viens me souhaiter mon anniversaire ou je dis a tout le monde que t'es pas sympa !" non serieux ca m'enerve... et meme pire, ca me saoul !